Mes règles au naturel
HYGIÈNE FÉMININE

Mes règles au naturel, entre SPM et cycles lunaires

Avoir ses règles est un moment très particulier dans la vie d’une jeune femme. Et cela le reste tout au long de sa vie de femme menstruée. Malheureusement, ce cycle naturel est souvent entouré d’une aura négative, presque honteuse. C’est pourquoi les règles restent un sujet tabou même dans nos sociétés dites modernes. Pourtant c’est une chose non seulement naturelle mais aussi importante pour l’humanité. Malheureusement, à cause de toute cette omerta, beaucoup trop de femmes souffrent à travers le monde. Aujourd’hui, je vous propose de casser ces barrières psychologiques et de découvrir ensemble, hommes et femmes, le cycle féminin.

Mes règles au naturel

A quoi servent les menstruations?

Loin de moi l’idée de vous faire un cours de biologie. Cependant, il me semblait important de partir sur de bonnes bases. Car, très sincèrement, j’espère que vous les hommes, vous lirez également cet article afin de déconstruire un tabou qui n’a pas lieu d’être. Rien de mieux, pour terrasser les idées reçues, qu’un peu de science.

Les règles sont un écoulement de sang et d’eau qui s’écoule du vagin (qui n’est pas le même orifice que celui par lequel sort l’urine) une fois par mois. Cet écoulement provient de l’évacuation de l’endomètre. Pour faire simple, la femme n’est féconde qu’environ 4 jours par mois. Pendant ces 4 jours, son corps prépare un nid douillet dans son utérus en installant une paroi (l’endomètre) moelleuse pour accueillir l’ovule fécondé par un spermatozoïde. Si la rencontre n’a pas lieu, l’utérus évacue alors l’endomètre qui n’a plus d’utilité.

Règles douloureuses

Nous sommes très nombreuses à avoir connu les douleurs de règles. Pourtant, les découvertes récentes tendent à prouver qu’avoir mal pendant ses règles n’est pas normal contrairement à tout ce qu’on a pu nous dire. Malheureusement, les avancées scientifiques de ces dernières années ne sont pas encore connues du grand public ni même des professionnels de santé. Les gynécologues sont encore trop nombreux à prendre nos douleurs à la légère et à y répondre par de mauvaises prescriptions.

Endométriose

Les douleurs de règles peuvent être considérées comme normales tant qu’elles restent supportables. De la simple gène à la crampe dans le bas ventre, l’intensité varie selon les femmes et selon la période du cycle. Par contre, si la douleur est terrassante et qu’elle vous handicape, ce n’est plus normal. Malheureusement, certaines femmes ont tellement mal qu’elles peuvent vomir, s’évanouir ou rester pliées en deux pendant des heures. Lorsque c’est le cas, il y a de fortes chances qu’elles soient atteintes d’endométriose.

soulager l'endométriose

L’endométriose est une maladie dont on suspecte qu’elle existe depuis longtemps mais qui n’est reconnue que depuis quelques années seulement. Pour revenir à l’endomètre de tout à l’heure, vous avez compris que lorsque l’ovule n’est pas fécondé, l’endomètre se désagrège et s’évacue, ce sont les règles. Cependant, chez environ 10% des femmes, une partie de cet endomètre remonte dans les trompes est n’est pas correctement détruit par le système immunitaire. Ensuite, ces morceaux d’endomètre se greffent sur les organes et provoquent des lésions et des kystes très douloureux. Malheureusement, ils peuvent même migrer sur d’autres organes et devenir encore plus douloureux et dangereux.

Le syndrome prémenstruel

Ah! Ce sacré syndrome prémenstruel ou SPM pour les intimes. Avouez messieurs que c’est votre hantise! Toute femme soumise aux effets de ce syndrome semble se transformer en dragon prête à vous dévorer tout cru. Mais en réalité, ce syndrome est encore mal connu et certains de ces symptômes controversés.

Ces symptômes de syndrome prémenstruel apparaissent quelques jours avant l’arrivée des règles et se terminent généralement le premier jour de celles-ci. Si les symptômes physiques sont bien connus et reconnus (douleurs de ventre, douleurs dans les seins, maux de tête, ballonnements voir oedèmes), les symptômes psychologiques (irritabilité, changement d’humeur, perte d’intérêt etc) sont eux plus controversés car peu prouvés par la science.

Prouvé ou pas, nous serions près de 50% à les ressentir chaque mois. Et je pense pouvoir affirmer sans me tromper, que ces désordres psychologiques sont aussi terribles pour nous que pour notre entourage. Néanmoins, ce syndrome prémenstruel est sans aucun doute lié aux variations hormonales que notre corps subit.

Les dangers de la pilule

Et justement pour contrecarrer ces hormones et les effets indésirables des règles, la plupart des gynécologues dégainent leur arme magique: la pilule. Cependant, ce médicament, vu que c’en est un, il ne faut pas l’oublier, n’est pas sans danger.

Attention, avant d’aller plus loin dans cette affirmation, je tiens à rappeler que la pilule a, en effet, aidé à la libération de la femme en son temps. Je ne remets absolument pas en cause son rôle majeur dans l’émancipation des femmes. Et surtout, surtout, elle a évité de nombreux drames en évitant des avortements pratiqués dans de mauvaises conditions.

Cependant, ce n’est pas parce qu’un médicament a été utile qu’il faut l’accepter sans le remettre en question. Surtout quand on a de plus en plus de preuves que ces effets secondaires sont extrêmement dangereux. De plus, nous avons la chance de pouvoir accéder à de nombreux moyens de contraception (féminins comme masculins).

J’arrête la pilule

Les dangers de la pilule sont nombreux non seulement pour la santé des femmes mais aussi pour l’environnement. AVC, migraines, prise de poids, fatigue, baisse de libido, dépression, cancers et infertilité sont les cas les plus courants. Cet article n’a pas pour but de développer ce sujet mais si cela vous intéresse. Je vous recommande chaudement le livre de Sabrina Debusquat qui est devenue la spécialiste. Cette journaliste a fait un travail de recherche remarquable et vous explique exactement les dangers liés à la pilule avec des sources, des chiffres et des recherches scientifiques.

j'arrête la pilule

Depuis la lecture de son livre il y a quelques années, j’ai pris la décision d’arrêter la pilule et toute autre contraception hormonale. Bien entendu, certaines femmes n’ont pas le choix. Mais pour toutes les autres, renseignez vous et soyez actrices de vos choix.

La pilule contraceptive pollue les eaux

La pilule fait partie de ces hormones que l’on retrouve et qu’on ingère lorsqu’on boit de l’eau du robinet. Au-delà de cet inconvénient, ces hormones se retrouvent également dans les ruisseaux et rivières. Les conséquences sont dangereuses pour la nature et surtout pour les poissons. En effet, les poissons se féminisent à cause des perturbateurs endocriniens présents dans les eaux. Perturbateurs endocriniens dont font partie la pilule contraceptive.

Les règles de la honte

Tout ce qui entoure les menstruations reste un peu nébuleux. La plupart des hommes ne connaissent pas bien le mécanisme du cycle féminin. Pire, de nombreuses femmes à travers le monde ne le connaissent pas non plus. Dans certains pays, les femmes qui ont leurs règles sont considérées comme impures et on leur interdit l’accès de certains lieux publiques et de culte. Récemment j’ai regardé le documentaire “Les règles de notre liberté” sur Netflix. Bien que ce site de streaming ne soit pas bien écologique, certains documentaires valent vraiment la peine et celui-ci en fait partie. Je vous le recommande. D’ailleurs, pour aider ce beau projet vous pouvez participer sur ce site.

La mortalité féminine est également dangereusement forte dans les pays où les règles restent un tabou. Les jeunes filles n’apprennent pas les règles d’hygiènes de base et les jeunes hommes en ont peur ce qui les rend agressifs.

En Europe et dans les pays dits développés, le constat n’est pas bien plus reluisant. Quelle jeune fille n’a jamais eu honte d’avoir ses règles? Cacher ses fesses par peur d’avoir une tâche, ne pas oser demander une protection hygiénique en classe et mettre des tonnes de papier toilettes, voire croire qu’on est en train de mourir parce qu’on a ses règles pour la première fois et que personne ne nous a expliqué cela avant. Ce sont des choses que j’ai vécues ou vues. Et si on changeait notre vision du cycle menstruel pour en faire quelque chose de beau?

Un rite de passage pour célébrer le cycle féminin

Il y a quelques temps j’ai lu un livre formidable qui m’a permis de changer complètement de perspective sur ma féminité. La puissance du féminin est un livre initiatique que je recommande à toutes les femmes et à toutes les jeunes filles. D’ailleurs, étant maman de deux petites filles, c’est un livre que je leur transmettrai à leur puberté.

la puissance du féminin camille sfez

Ce livre explique non seulement le cycle féminin expliquant ainsi des périodes de forte activité et des périodes de calme et de pause mais il redonne également sons sens divin au cycle menstruel. En effet, il ne faut pas oublier que c’est grâce, entre autre, à ce cycle que la vie existe et que la femme peut la porter. Les règles sont donc une force et non pas une tare. Encore faut il apprendre cela à nos filles et à nos fils aussi.

Rituels et tentes rouges

Afin d’aller plus loin, je vous invite à lire ce livre mais aussi à prendre connaissance des tentes rouges et des cercles de femmes. Ces rassemblements permettent aux femmes de se retrouver et de bâtir une sororité et une entraide bien trop absente dans nos quotidiens mécaniques et égoïstes. Alors que moi j’ai connu le rituel de la claque dans la figue quand j’ai eu mes règles pour la première fois (vrai rituel qu’on avait entre copines!), mes filles elles connaitront un tout autre rituel. Afin de célébrer leurs premières règles, je leur proposerai une vraie fête, entourées de femmes, de sororité et de jolis rituels et passage d’informations. Ce sera un moment qui leur permettra d’être fières d’êtres réglées et d’avoir la chance d’entrer dans ce féminin sacré.

Protections hygiéniques saines

Et justement, les différentes informations qu’il est important de transmettre aux jeunes filles sont celles relatives à leur hygiène intime. Vous le savez sans doute mais le syndrome du choc toxique est dû à une prolifération de bactéries lorsque le sang menstruel reste trop longtemps en contact avec les muqueuses. D’ailleurs cela peut être le cas avec des tampons jetables mais aussi avec une coupe menstruelle, tout comme avec une serviette hygiénique. C’est pour cela qu’il est extrêmement important d’avoir une hygiène stricte en ce qui concerne les règles.

Les règles d’hygiène pendant les règles

Tout d’abord, il faut changer de protection aussi souvent que possible et ne pas dépasser 4 heures dans l’idéal. La nuit, préférez les serviettes ou les culottes menstruelles aux tampons et autres cups. Enfin, pour nettoyer vos parties intimes utilisez l’eau claire associée à un savon surgras saponifié à froid. Surtout évitez les soit disant “gels intimes” qui sont en fait composés d’ingrédients dangereux pour votre santé et pour la planète.

Mes protections hygiéniques lavables, durables et saines

Depuis maintenant plusieurs années j’ai dit adieu aux protections jetables qui polluent la planète, qui m’irritent les parties intimes et qui mettent ma santé en péril. Maintenant j’alterne entre différentes alternatives zéro déchet. Voici ce qui existe. Pour en savoir plus, cliquez sur les liens associés et vous aurez les articles détaillés et complets de chaque alternative.

Bon plan: -10% sur l’achat de la culotte menstruelle ou de la cup So’Cup (Made In France) avec le code promo LEZERODECHETFACILE10 

  • Le flux instinctif libre que j’essaye de pratiquer mais qui me semble encore un peu difficile à faire en extérieur. Cela consiste à écouter son corps et à savoir quand aller aux toilettes pour ne pas avoir besoin de protection.
le flux instinctif libre

Précarité menstruelle

Si vous débutez dans le zéro déchet et que vous avez encore des protections jetables neuves, surtout ne les jetez pas! Plusieurs associations les récupèrent afin de les distribuer à des femmes dans le besoin, sans domicile fixe par exemple. Bien que le lavable soit une alternative saine à faire chez soi, lorsqu’on vit dehors sans accès à l’eau et à une hygiène stricte, le jetable reste la seule option. Luttons contre la précarité menstruelle en offrant des protections aux femmes dans le besoin et en mettant des protections en libre service dans les établissements publiques et scolaires.

association règles élémentaires

Retrouvez les points de collecte de l’association Règles élémentaires en cliquant sur cette image.

point de collecte protections hygiéniques

Enfin, si vous vous posez des questions autour des thèmes abordés dans ces articles, n’hésitez pas à les poser en commentaire.

Comments

comments

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply