défi 4
DÉFIS ZÉRO DÉCHET

DÉFI #4 – Où donner?

Où donner vos vêtements d’occasion encore en bon état? Ou alors les jouets des enfants avec lesquels ils ne jouent plus? Et quant au service à vaisselle de mémé Colette, il est bien joli, mais les fleurs rose fané n’est plus trop à votre goût. En plus, tout ça vous encombre mais ça vous fait mal au cœur de jeter. Alors où donner tous ces objets? Voici quelques bonnes adresses, que je vous invite à étoffer et à partager sur le post blabla dédié.

Illustration de Audrey Morlieras alias Au_Quinze

De déchet à trésor, il n’y a qu’un pas

Celui du don! Après un désencombrement on pourrait être tenté de benner un maximum de choses pour aller vite et être enfin débarrassés! Pourtant, les objets qui vous encombrent aujourd’hui peuvent devenir de véritables trésors pour d’autres personnes. La semaine dernière, je vous ai proposé quelques solutions pour vendre les objets qui semblent avoir un peu de valeur. Cependant, parfois vous n’avez ni le temps, ni l’envie, ni parfois pas le besoin de vendre ces possessions. Alors, le don reste la solution éco-responsable.

Où donner vos objets?

Bien entendu, la première chose à faire c’est de les proposer directement à votre entourage (famille, amis, voisins, collègues etc). Par exemple, les bodys trop petits de votre petit dernier pourront sans doute servir à votre future nièce. Quant à vos vieux jeux de console vidéo ils feront le bonheur de votre jeune voisin. Si vous n’osez pas leur proposer directement, organisez un vide maison dans votre garage ou sur votre pelouse par exemple.

Où donner meubles, textiles et vaisselle?

A peu près pour tout le reste, vous pouvez vous adresser aux lieux suivants:

  • Emmaüs, spécifiquement pour les meubles d’occasion. D’ailleurs, cette association vous propose même de venir récupérer des meubles encombrants tels que des canapés ou des lits.
  • Les recycleries reprennent tous les petits objets de la maison du pot de fleur à la casserole en passant par les rideaux.
  • Les matériauthèques récupèrent quant à elles tous les matériaux dont vous n’avez plus l’utilité dont les planches, du carrelage ou encore de la peinture.

Où donner des livres?

C’est un soucis actuellement car de plus en plus de réseaux d’occasion les refusent. En effet, ils en reçoivent tellement qu’ils manquent de place pour les ranger. Néanmoins, voici quelques pistes:

  • les bibliothèques et médiathèques .
  • les crèches, maternelles, écoles et autres établissements scolaires selon les livres.
  • les recycleries.
  • les librairies solidaires comme celle qui vient d’ouvrir près de chez moi à Portes-les-Valence.

Equilivre, une librairie solidaire dans la Drôme

Cette semaine, j’ai demandé à Elodie Marcon, créatrice d’une librairie solidaire dans la Drôme, de nous parler un peu plus de son concept.

Quel est le concept d’Equilivre?

Équilivre est une librairie solidaire avec un atelier partagé. Je revends des livres d’occasion destinés à être jetés par des collectivités ou donnés par des particuliers. Il y a une partie atelier partagé, pour accueillir toutes sortes d’animations et partager du matériel imposant comme des machines de découpes numérique, d’impression de tampons, des polisseuses, graveurs, perforatrices, entre autres.
Et j’aimerais aussi développer un rayon pour vendre du matériel créatif d’occasion(mercerie, papiers de scrapbooking, tampons).

D’où est venue cette idée?

J’ai eu cette idée car j’ai développé le rayon livres dans un magasin qui faisait de l’achat revente de produits d’occasion. Je devais refuser de nombreux livres et je ne supportai plus d’entendre les clients dire qu’ils comptaient jeter leurs livres refusés.
Je les redirigeais systématiquement vers les Emmaüs et Ressourceries, que j’avais découvert en devenant Maman et en m’intéressant de plus en plus à l’écologie et au recyclage. En réalisant mon étude de marché, j’ai réalisé que seule une ressourcerie spécialisée dans les produits culturels existait à Paris, mais nulle part ailleurs.
Ma librairie solidaire Equilivre est donc ce qui se rapproche le plus d’une ressourcerie culturelle : je récupère les produits culturels jetés et donnés, et leur donne une seconde vie. J’aimerais créer une association dans la ville où se situe Equilivre pour aider au développement d’une Ressourcerie, culturelle ou non, selon les possibilités et les envies de ce collectif à réunir.

Le financement participatif que tu as lancé vient de se terminer. Penses-tu pouvoir en vivre et si oui sous combien de temps?

Je suis ravie d’avoir été très soutenue par les 120 contributeurs du financement participatif d’Equilivre ! J’ai choisi de ne pas faire de prêt, même si le projet a été soutenu par différents jury, car j’ai la chance d’avoir un local mis à disposition par la municipalité. Et j’ai donc très peu de charges à assumer. Le projet étant dans sa phase de test, je ne voulais pas me rajouter une charge supplémentaire à rembourser. Le crowdfunding est donc une bonne solution pour régler un an de charges et équiper l’atelier partagé. Il permet aussi de fédérer une communauté autour du projet.

Je ne pense pas pouvoir vivre de la revente de livres uniquement, car j’ai décidé de les vendre à mini prix (entre 0.50€ et 5€) dans une volonté écologique et équitable. La plupart de mes revenus devait venir de la prestation de services aux particuliers et aux collectivités, grâce aux animations autour du manga et des ateliers créatifs avec les encres végétales ou les livres invendables recyclés en créations. Avec trois animations par mois en collectivités (bibliothèques, centre de loisirs …) J’aurais pu en vivre en huit mois.

Quel sera ton premier événement après le déconfinement?

Mon premier événement relatif à la vie de la librairie sera la véritable inauguration à l’automne. Je ne pense pas proposer d’animations cet été, comme la plupart des libraires qui ont annulé les leurs, respectant les consignes demandant de ne pas réunir de groupes et de limiter les risques.

L’annulation de mes animations est un vrai coup dur, financièrement bien sûr. Surtout en perdant les contrats prévus avec les collectivités, mais aussi autour de la communication qui se faisait autour du projet. Heureusement, Je suis très soutenue par les familles et amis de l’agglomération Valentinoise. Et nous avions tous hâte de nous réunir pour que nos enfants partagent des activités créatives ensemble. J’avais moi même hâte d’accueillir les adultes qui voudraient créer avec moi ou échanger leurs connaissances dans l’atelier partagé.

A cause de la crise sanitaire, ces rencontre sont repoussées et je vais devoir trouver d’autres services à proposer pour limiter la perte vis à vis du prévisionnel prévu. Malgré tout, cela est temporairement à ré imaginer, je ne suis pas très inquiète. J’ai hâte de retrouver mes voisins commerçants, les clients intéressés par mon concept, et les enfants toujours partants pour les ateliers créatifs.

Pour suivre l’actualité d’Elodie et de sa librairie solidaire, rendez-vous sur la page facebook d’Equilivre.

Zéro Déchet Pas à Pas

Tous les défis sont tirés de mon guide pratique: Zéro Déchet Pas à Pas. Un guide complet qui vous accompagne, pas à pas, pièce après pièce, déchet après déchet vers le zéro déchet. Ce guide est particulièrement adapté aux débutants mais tout le monde y trouvera son compte!

livre zéro déchet

Défi #5

Lorsque vous le souhaitez, vous pouvez consulter le défi #5. Et pour revenir en arrière, le défi #3 est ici.

Pour aller plus loin dans le zéro déchet

Ne ratez plus aucun article de blog! Actuellement, vous êtes inscrit.e.s aux défis zéro déchet. Cependant, pour en apprendre toujours plus sur le zéro déchet et ne rater aucun article de blog, inscrivez-vous à la newsletter. Vous recevrez des informations exclusives, des codes promos et des astuces pour aller toujours plus loin vers la réduction des déchets. La fréquence d’envoi se situe entre 1 à 4 newsletter par mois (soit une par semaine) selon le temps dont je dispose.

Comments

comments

Previous Post Next Post

You Might Also Like