Courses Zéro Déchet, Les 4 Commandements pour réussir
CONSOMMER AUTREMENT

Courses Zéro Déchet, Les 4 Commandements pour réussir

C’est tellement sympa de faire des courses écoresponsables ! Avec des sacs en tissu brodés, des cabas imprimés, des contenants en verre. Les emballages plastique, c’est beaucoup moins esthétique, et c’est l’un des plus grands fléaux écologiques de notre ère. Vous voulez savoir quelle est la marche à suivre pour faire vos emplettes tout en respectant la planète ? En avant ! Suivez le guide, et on va faire des courses zéro déchet ! Voici quels en sont les 4 commandements.

En vrac tu achèteras : c’est la base des courses zéro déchet

Pour des courses zéro déchet réussies, la logique veut que l’on commence par éviter d’en amener soi-même au magasin ou au marché ! Je parle ici des sacs plastique, bien évidemment. Certes, la plupart des commerces ont cessé leur distribution gratuite depuis le décret du 30 mars 2016. Attention cependant, on trouve des boutiques qui en proposent encore. En ce qui concerne la grande distribution, elle met en vente depuis lors des sacs cabas et sacs plastique plus résistants afin que l’on puisse les réutiliser.

Certes, c’est un progrès, comparativement aux sacs plastique gratuits massivement distribués auparavant, et nécessairement jetables en raison de leur fragilité excessive. Mais même réutilisable, le plastique devient fatalement un déchet un jour, avec les effets désastreux qu’on lui connaît sur les peuples et écosystèmes des océans notamment. Quant aux sacs papier, c’est un moindre mal, mais cette matière n’est pas recyclable à l’infini : la chaîne carbonée finit par se désagréger, et elle devient de moins en moins résistante jusqu’à en devenir inutilisable.

Accessoires pour des courses zéro déchet

Alors, on s’équipera de sacs et contenants vraiment écologiques pour aller chercher ses victuailles ! Voici ma liste exhaustive. Piochez parmi ces accessoires selon vos préférences et besoins :

sac à vrac
Sac à vrac
bocal en verre
Bocaux en verre
contenant verre
Contenant en verre

Evidemment, vous pouvez acheter ces accessoires en cliquant sur les liens, mais vous pouvez également les faire vous-même. Par exemple, récupérez les gros pots en verre de compote ou cousez vous-même vos sacs à vrac grâce à ce tuto. Et pour être toujours parés en cas de courses imprévues (en sortant du travail par exemple), on peut conserver ces équipements dans la voiture, ou glisser un tote bag pliable dans sa poche. Comme ça, on est tranquilles !

Vers le BIO tu te tourneras

En plus de produire des emballages plastique à tout va, l’industrie alimentaire moderne ne respecte ni le bien-être animal, ni l’environnement, ni notre santé. En effet, les animaux sont entassés dans des enclos ou cages exigus où on les force à se reproduire à une vitesse effrénée. À cause de cette promiscuité forcée, des virus se propagent (tiens donc, ça vous rappelle quelque chose ?) et on les gave d’antibiotiques pour pallier les soucis sanitaires. Les plantes sont cultivées à l’aide d’engrais et pesticides néfastes pour les sols, qui s’appauvrissent à la longue. Alors, pour contrer le problème, on les asperge d’autant plus de ces « produits phytosanitaires »… et c’est le serpent qui se mord la queue !

En somme, au-delà des déchets plastique, on trouve aussi les déchets chimiques dans l’industrie moderne. Alors, on préférera de toute évidence acheter BIO ! Des aliments tellement meilleurs pour notre santé, dont la production est autrement moins nuisible à notre planète et à ses habitants… et ça se ressent aussi au niveau du goût ! Entre du miel industriel et du miel artisanal, par exemple, il n’y a pas photo. Impossible de revenir en arrière une fois qu’on a goûté la différence. Mais attention, tous les BIO ne se valent pas. En effet, voici une liste des labels BIO souvent présents ne magasin et leurs critères.

Les labels BIO

label-AB

AB et maintenant Label Européen: sans pesticides, sans traitement chimique, alimentation animale majoritairement à base de céréales, pas plus de 0,09% de traces d’OGM (contamination fortuite), recours limité aux traitement vétérinaires, espace minimal et accès de plein air garantis aux animaux.

Logo-bio-coherence

Mêmes critères que le label européen + activités de l’exploitation exclusivement BIO ou en reconversion BIO, interdiction totale de traces d’OGM, 100% d’ingrédients BIO dans les produits transformés, traitements vétérinaires plus restreints.

nature et progrès

Critères du label européen + exploitation totalement BIO, alimentation animale 100% BIO, interdiction totale de traces d’OGM, environnement extérieur de l’exploitation non polluant et préservant les ressources collectives.

equitable ecocert

Conforme au label européen + production équitable, limitation de l’emballage et du transport jusqu’ai consommateur.

demeter

Critères du label européen + préparations naturelles pour vivifier la terre, limitation de la taille de l’exploitation, réutilisation maximale des déchets végétaux et animaux.

bio-equitable-bio-solidaire-logos

Mêmes critères du label européen + prix minimum d’achat garanti aux producteurs locaux, production éthique, agriculture durable.

Le BIO est plus cher

Oui c’est vrai. Il ne faut pas le nier. Le BIO est moyenne 30% plus cher que le “conventionnel”. Les raisons sont multiples. Tout d’abord vous payez la qualité et non pas la quantité. En effet, les domaines BIO ont généralement moins de rendement car ils utilisent moins ou pas de fertilisants. De plus, les pertes sont plus importantes pour les agriculteurs. Pertes que ne subissent pas les agriculteurs conventionnels en utilisant des pesticides. Ensuite, la culture du BIO nécessite plus de travail humain et moins de travail chimique et industriel via de gros engins.

Enfin, il faut rester réaliste, certains magasins, notamment les grandes surfaces, jouent sur la tendance BIO et se permettent des marges conséquentes toujours aux dépends du consommateur. Voilà pourquoi, il semble important de suivre le 3ème commandement: acheter local.

Pour le local tu opteras

Les ananas qui font le tour de la planète, les carottes venues de pays voisins, très peu pour nous ! En se rendant sur un marché de producteurs locaux, en premier lieu, on renoue le contact avec les agriculteurs, on les rémunère au juste prix grâce à l’absence d’intermédiaires, on soutient les traditions.

Ensuite, les produits locaux sont généralement proposés en vrac sur les étals, parfait pour remplir nos sacs en tissu ! De plus, n’ayant parcouru que quelques kilomètres (généralement 10, 20 sinon 200 grand maximum) ils sont frais et délicieux. En outre, les fruits et légumes locaux sont vendus à prix réduit en raison de la faible distance qu’ils parcourent. On trouve des coûts intéressants parmi les fromages et laitages également. La viande et le poisson, en revanche, sont un peu plus chers qu’ailleurs, mais ce tarif est pleinement justifié : on paye la qualité et le respect du bien-être animal. Et puis, cela incite à en consommer plus raisonnablement.

Attention toutefois aux revendeurs présents sur les marchés. Les revendeurs ne sont pas des producteurs. En effet, ils achètent leur produits dans un entrepôt comme Rungis. Ces produits ne sont pas forcément BIO ni locaux. N’hésitez pas à parler avec les vendeurs afin de connaître l’origine des produits. Et puis, pourquoi ne pas partir à la découverte des producteurs locaux directement à la source ? De ferme en ferme est un événement annuel, qui se déroule généralement au mois de Juin et qui vous permet d’aller à la rencontre des agriculteurs et des fermes de votre région.

de ferme en ferme

De saison tu consommeras

Choisir de manger des fruits et légumes de saison, c’est respecter le cours de la nature. C’est aussi éviter l’importation de produits venus par camion d’un autre pays, voire par avion d’un autre continent. Puisque les tomates ne poussent pas chez nous en hiver, on les fait venir du Maroc en saison froide. Outre l’usage d’énergies fossiles et les émissions de gaz à effets de serre que cela implique, elles seront moins fraîches et donc beaucoup moins savoureuses. Le goût et la couleur rouge vif des tomates d’été parlent d’eux-mêmes. Alors, soutenons plutôt les circuits-courts en achetant de saison !

Ah, j’oubliais… les produits de saison sont également plus riches en nutriments, car ils ont été cultivés dans les bonnes conditions, comme Dame Nature l’a toujours voulu.

Où faire ses courses zéro déchet ?

De nos jours, nombreuses sont les possibilités pour faire des courses zéro déchet. Au choix, je vous recommande :

Courses zéro déchet à la source

  • Le marché bio et local : si vous en avez un dans votre ville, foncez-y sans tarder ! Là-bas, tout est bio, local et de saison. Sur certains d’entre eux, vous trouverez peut-être des avocats en hiver… mais dans ce cas, ils viendront de Crète et non d’Amérique du Sud. Un moindre mal !
  • Les Amap : à l’instar du marché bio et local, elles répondent aux commandements du zéro déchet. Les Amap proposent entre autres des paniers de légumes de saison, dont certains méconnus que vous découvrirez avec plaisir. De plus, c’est vraiment avantageux financièrement. Cependant le système peut ne pas convenir à tous. En effet, vous vous engagez à récupérer un panier toutes les semaines dans lequel vous ne savez pas d’avance quels fruits et légumes vous seront proposés.
  • La ferme : si vous habitez à la campagne, vous devriez sans problème trouver de bons produits frais en vente à la ferme d’à côté. Plus local, on ne fait pas ! En fait, vous aurez peut-être la chance de trouver directement près de chez vous les agriculteurs qui vendent au marché bio et local de la ville la plus proche… Choisissez de préférence un producteur bio, cela va de soi.
  • La cueillette : comme au bon vieux temps, pourquoi ne pas aller chercher directement la nourriture là où elle pousse, afin de s’affranchir des transactions financières ? Pour les ruraux… mais aussi pour les citadins : une promenade ou une randonnée en montagne, c’est aussi l’occasion de s’approvisionner en fruits frais ou secs, en champignons. D’ailleurs certaines fermes vous proposent de venir cueillir vous même vos produits et ainsi les payer encore moins cher. Cependant, attention à ne pas cueillir des produits sur des propriétés privées sans l’accord des propriétaires.

Courses zéro déchet en magasin

  • Les magasins bio : ils figurent parmi les pionniers à avoir instauré le vrac. Vous y trouverez même les fameux sacs spécialement conçus pour ce type d’achat et d’autres accessoires zéro déchet. Chez Biocoop, on trouve des brosses à vaisselle, gourdes inox zéro déchet, etc.
  • Les magasins de vrac: Tous les produits y sont proposés en vrac du savon, aux pâtes en passant par le liquide vaisselle et même certains alcools ! Toutefois, attention, qui dit vrac ne dit pas forcément BIO. L’enseigne Day By Day par exemple propose 100% de produits en vrac mais dont seulement 50% sont BIO.
  • Hypermarchés : face à la demande croissante, certains d’entre eux se sont adaptés et proposent désormais des fruits secs et céréales en vrac au rayon bio
  • Les magasins bio en ligne : si votre ville n’est pas bien équipée pour les courses zéro déchet, ou alors si vous manquez de temps, cette alternative est bien pratique. Chez Aurore Market, par exemple, il est possible de commander du vrac et du bio jusqu’à 50% moins cher qu’en magasin. On trouve un choix varié dans ce rayon virtuel, notamment des biscuits apéritif bio, des cookies bio, du sucre et du thé !
code-de-reduction-aurore-market

Comme vous avez pu le constater, les courses zéro déchet sont à la portée de tous. Les solutions ne manquent pas, quel que soit le lieu de résidence de chacun. On répète toujours qu’il faut consommer bio, local et de saison. En résumé, vous en aurez compris la raison : c’est le combo gagnant niveau écologique, mais aussi niveau gustatif. Alors, pas d’hésitation ! Si vous voulez démarrer sans prise de tête, je vous offre ce code promo pour commander chez Aurore Market :

Il faut avouer que c’est bien commode ! Et vous, comment préférez-vous faire vos courses écoresponsables ?


4 commandements courses ZD
Les différents logos BIO et leurs critères
Faire ses courses en VRAC en pratique

Comments

comments

Previous Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply